AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un petit italien avec Jérôme

Aller en bas 
AuteurMessage
Charlotte Sablon
Siouper admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 448
Age : 35
Adresse : Allée des lilas 116
Emploi : En cours de négociation
Coté Coeur... : Petit à petit, l'oiseau fait son nid....
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Un petit italien avec Jérôme   Ven 11 Aoû - 0:46

Elle le voyait rire et sourire à ses bêtises et ses taquineries, et elle aimait plutôt ça. S’il continuait comme ça tous les deux, il gagnerait sans doute le premier prix du jeu du chat et la souris. Mais, c’était très agréable, il s’amusait ensemble et c’était tout de même plus agréable que les jeunes couples qui se regardaient déjà dans le blanc des yeux, se tournant les pouces et se demandant ce qu’il allait bien pouvoir faire pour combler le temps qu’ils avaient à partager ensemble. Charlotte détestait quand la routine s’installait et pour le moment, avec Jérôme, elle n’avait pas à s’en inquiéter encore. La preuve, c’était à son tour de sourire à sa petite remarque. Chercher, comme si c’était son but ultime. Tant la conversation les baladait dans des sujets les plus variés et les plus étranges les uns que les autres, les entrainant même sur des sujets qu’ils ne comprenaient plus vraiment. Charlotte n’était plus sure de se rappeler la génèse de la conversation. Elle ne savait plus trop ce qu’il avait à chercher mais s’il voulait le faire alors pourquoi pas…d’autant plus que le son de sa voix s’était voulu presque passionné. Un peu troublée par la voix de Jérôme, elle finit par se demander si le discours de ce jeune homme ne comportait pas un sens un peu plus profond. Charlotte fit cependant semblant de rien, tentant de se convaincre elle-même qu’il ne se cachait rien de plus que de la plaisanterie et de la taquinerie.

Elle se remit en question quelques minutes, mais, elle profita de ce que lui offrait Jérôme pour penser à autre chose. Livrée avec un plan ? Elle éclata de rire avec peu de discrétion, comme d’habitude, et cette fois, elle ne se cacha pas… :


« Je peux fouiller mon sac mais non , je suis désolée, il n’y a pas de plan, ni même de mode d’emploi….je suis désolée, tu vas devoir trouver tout seul comment je fonctionne….Ceci dit…. » ajouta-t-elle avec toujours le même petit sourire espiègle et le même ton amusé et plaisantin « si tu es très gentil avec moi, je peux te donner quelques conseils…..mais, il faut que tu sois vraiment très gentil…. » Elle termina par un clin d’œil.

Elle se doutait bien qu’il avait envie d’en savoir plus sur ce qu’elle pensait, espérait, désirait…de lui, d’eux…c’est vrai qu’elle restait aussi très discrète et peut-être trop pour un jeune homme. Mais que devait-elle lui dire ? elle ne savait déjà pas elle-même ce qu’elle avait dans le fond de son cœur. C’était tellement confus…Elle se sentait bien avec Jérôme, elle se sentait vraiment bien avec lui qu’elle ne pouvait pas se résigner à lui dire une vérité. Une vérité qu’elle n’était même pas sûre d’en être une. Non, si elle n’était pas sûre de savoir ce qu’elle ressentait pour Jérôme, c’était la même chose pour Enzo. Au départ, au début de leur relation, elle aurait sans doute répondu qu’elle avait des sentiments pour Enzo, mais que Jérôme était charmant….Aujourd’hui, elle répond qu’elle ne sait plus du tout ce qu’il se passe dans sa tête et sait encore moins ce que lui dit son cœur. Pour le moment Jérôme ne lui avait pas lancer de perche mais, elle sentait bien par son discours qu’il aurait aimer savoir ce qu’il représentait pour elle. Que devait-elle lui dire ? Jérôme, je suis si bien avec toi que je veux te garder près de moi mais d’un autre côté, je ne sais pas ce que je ressens pour toi tant j’en ai aimé un autre en vain ? D’ailleurs en parlant de lui, si ça peut te rassurer, je ne sais plus trop si je l’aime mais figure toi que c’est ton voisin…Non, elle ne pouvait pas faire ça, elle ne pouvait pas lui dire ça….Elle devait attendre d’y voir un peu plus clair en elle pour pouvoir donner à Jérôme ce qu’il souhaitait. Peut-être qu’elle avait juste peur de se rendre compte de ses sentiments si elle le perdait ? Que tout cela était compliqué !

Très vite, elle s’empêcha de penser à cela, de penser au futur, au passé…..elle ne voulait que penser à ce moment qu’elle passait avec lui et la seule allusion au futur à laquelle elle voulait penser était la soirée qu’elle allait passer avec Jérôme. Elle se prendrait la tête plus tard, elle chercherait à comprendre plus tard…Maintenant, elle préférait penser à leur soirée qui se préparait petit à petit….en faisant bien sûr abstraction du devoir qui se préparait.

Alors qu’il précisa qu’elle lui en ferait sans doute voir de toutes les couleurs et qu’elle venait de lui poser la question de savoir à quoi il pensait, elle éclata de rire à nouveau devant ce souvenir. Comment oublier cette soirée tant elle avait été agréable ?


« OH, non je ne vois pas du tout de quoi tu parles…. » ironisa la jeune fille qui se rappelait très bien ce surnom et cette histoire….et pour bien lui montrer elle ajouta en ouvrant celui-ci découvrant les sucettes et les bonbons qu’ils cachaient, comme d’habitude, « Tu veux une sucette ? »

Le sourire aux lèvres, plus amusée que jamais…elle n’oublierait pas cette soirée des plus agréables qu’elle avait passé en sa compagnie. D’ailleurs, cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus rit comme ça. Sauf peut-être toutes les autres fois où ils avaient passé du temps ensemble. Elle le trouvait tellement charmant et, il était si beau, toujours très élégant. C’était un réel plaisir de le regarder, de l’écouter…C’était dans ses moments qu’elle avait envie de lui dire à quel point elle était bien avec lui, a quel point elle avait l’impression de tenir à lui…peut-être avait-elle peur de s’investir, peut-être peur d’admettre qu’il lui plaisait plus qu’elle ne voulait l’admettre… peut-être peur d’admettre que ce qu’elle ressentait pour Enzo était le souvenir du seule espoir qu’il avait représenté lorsqu’elle se sentait des plus seules, a peine arrivée au patio, et abattue par la mort de ses parents.

Jérôme quant à lui, détailla un peu plus loin son souvenir. Il se souvenait et racontait. IL confiait à Charlotte des choses qu’il n’avait jamais dit auparavant. Elle était touchée et prit légèrement peur car elle se dit alors qu’elle avait peut-être mieux compris ce qu’il insinuait avec beaucoup de délicatesse et de souplesse tout à l’heure, quelques minutes auparavant. Elle souriait mais son sourire mêlait à la fois douceur, d’entendre toutes ses belles phrases et malaise….malaise car elle ne savait pas trop ce qu’elle devait répondre. Elle savait qu’il n’était pas bien de se contenter d’un simple baiser, ou d’un simple sourire…Non, il fallait qu’elle lui dise quelque chose, elle avait ce pressentiment qu’il avait envie d’en savoir plus. La nuit suivant cette soirée où il n’avait que penser à elle et aux heures qu’il comptait, pressé de la revoir……Il avait accompagné le récit de son discours d’un geste des plus délicat et des plus tendres, passant sa main sur sa joue avant de lui prendre la main, quelle fille n’aurait pas aimer entendre ses douces paroles…Elle posa sur ses lèvres un baiser d’une grande douceur et lui dit quelques mots, le regardant droit dans les yeux :


« J’ai passé aussi une superbe soirée ce jour la, je ne l’oublierai pas de si tôt non plus……tu es quelqu’un de bien Jérôme tu sais….vraiment quelqu’un de bien…et je n’échangerais ma place avec personne…. »

Elle n’avait rien pu lui dire de plus que ça, elle le pensait ça, elle ne voulait pas lui mentir…et c’est vrai qu’elle n’aurait changé sa place avec personne d’autre, cela c’était une certitude…Elle se sentit tout de même mieux lorsque la conversation reprit le chemin des cours, de mme Vertel et des grèves. Il riait une fois de plus et elle aimait ça, riant avec lui et de ses propres remarques…..

« LA meilleure ? oui je sais je suis unique…reste bien conscient de cela surtout…Avant qu’une autre ne tente de te faire tourner la tête……. »

Jérôme avait l’air de se sentir de mieux en mieux avec Charlotte et elle aussi, même si elle ne voulait pas se l’admettre. Elle avait de plus en plus souvent envie de le voir, de plus en plus souvent envie de passer du temps avec lui. Il lui laissait le choix du restaurant, il était galant en plus de ça….

« Dis moi Jérôme ? tu as un défaut ? non mais parce que j’ai beau chercher je ne trouve pas, vraiment…….. » dit-elle en attrapant de son bras celui que lui offrait avec des manières de Gentleman anglais le jeune Jérôme.

« Alors, puisque j’ai le choix, je dirais un italien….j’ai comme qui dirait une envie de pizza…..tu sais 4 fromages ou encore un escalope panée…..oh, je verrai bien ce que je prends, au moins on sait que c’est italien…..enfin, si ca te tente évidemment…. »

Ces derniers mots avaient plus été prononçé par politesse que par réelle intention de lui laisser donner son avis car en moins de temps qu’il ne le fallait pour le dire, elle les avait déjà emmené devant le restaurant….

« Après vous jeune homme, je te laisse prendre les commandes…. »

Elle n’aimait pas trop entrer la première dans un restaurant, et la, elle ne demandait pas de galanterie. Elle préférait le laisser mener la barque….comme elle n’aimait pas particulièrement se faire inviter mais elle détestait payer une addition elle-même alors, parfois, quand elle arrivait à convaincre Jérôme (a mon tour de nous inventer une histoire….) que c’était à son tour de régler l’addition, elle lui confiait l’argent. Elle ne savait pas trop pourquoi elle avait cette habitude. Sans doute pour la simple et bonne raison qu’elle avait souvent vu son père régler toujours une addition, et prendre les directives au restaurant, se présenter au serveur…Et non , décidément, elle n’aimait pas trop çela, donner l’impression que c’était elle qui menait la barque……Avant d’entrer, elle jeta un coup d’œil sur Jérôme et elle eut une soudaine envie de sourire. Un sourire qui démontrait toute l’affection pour le jeune homme… Elle avait l’impression que petit à petit, il creusait sa place dans le cœur de Charlotte. Sa sensibilité touchait beaucoup la jeune fille et elle se dit qu’elle avait bien de la chance de l’avoir dans sa vie……

_________________


une choute pour une choupinette toute choubidou est une pimprenelle pour un papillon et une hirondelle pour un amazone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme Chabeau
Qu'on est bien chez soi...
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Age : 29
Adresse : Appart B3, Résidence des Tournesols
Emploi : Etudiant / Co-gérant de Secret d'Artiste
Coté Coeur... : ... Elle l'envahit, peu à peu, et...
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Ven 18 Aoû - 17:55

C'est vrai que Jérôme avait déjà eut pas mal de petites amies, et qu'il en avait appréçié certaines, mais il s'était mit à croire que la vie de couple n'était pas pour lui... Comme s'il y avait toujours quelque chose qui gênait et qu'en fin de compte il réalisait que ca n'était pas ce qu'il voulait. Il pouvait être tellement indescis parfois! Et puis il trouvait ca ennuyeux, le genre de fille qui ne sait jamais quoi dire ou qui essaye de cacher sa vraie nature sous un tas de faux semblant afin de rentrer dans une petite case de miss parfaite. Les cases, voilà ce qu'il haïssait plus que tout, le fait de mettre des gens dans des catégories et de les modeler afin d'être comme ceci, mais pas trop comme cela non plus. Il pensait à cela en entendant rire Charlotte, parce qu'elle, avait fait volé en éclat tout ce qu'il pensait jusque maintenant. Tous ses acquis avaient été boulversés par la tornade magnifique Charlotte, et il appréhendait la vie, la vie à deux aussi, sous un jour nouveau. Qui aurait crût qu'un jour, il aurait une telle complicité avec quelqu'un? Sûrement pas lui... et c'était bien, c'était bon, il voulait garder ça en lui comme un petit trésor.

Un plan, il imagina ce qu'aurait donné un plan de l'esprit de sa belle... et c'était drôle. Il imaginait un grand magasin de vêtements aux couleurs pastels, avec une allée de restaurants et une boutique de sucreries tout en pain d'épice comme dans les contes. Une petite rue piètonne très charmante, une rue à traverser pour qu'elle rejoinge ses parents... Et hop, comme dans un rêve où les frontières n'existent pas, ils attérissent dans une grand salle de concert, l'opéra parisien, et elle joue pour eux un morceau de piano... et la dans les yeux de ses parents brille une lueur de fièrté. Au fond de la salle, un spectateur eu regard plein de tendresse et d'admiration... il semblerait que ca soit lui, qui l'observe, et qui peu à peu est éclairé de sa lumière... oui, il voyait bien tout cela! Sacrée imagination ce Jérôme...

" Tant pis, j'aurais essayé ! Comme d'habitude je vais me débrouiller par moi même, comme un vrai grand garçon... " commença-t-il avec un faux souffle d'exaspèration. Mais très vite un sourire apparût sur son visage, dans leur eternelle comédie. " Alors il va falloir que tu me donnes ta définition du mot gentil, pour voir si elle colle à la mienne... " ajouta le jeune homme qui caressait toujours sa main doucement.

C'était un jeune homme très tactile qui aimait sentir la présence de gens, leur contact. Quand il n'avait pas vu quelqu'un depuis longtemps, autant dire qu'il ne la quittait plus pendant au moins toute la journée de retrouvailles. Comme si sa peau lui avait manqué et qu'il avait besoin de combler ce vide pour se sentir mieux. Et Charlotte était la candidate idéale, personne ne le faisait autant flotter sur un nuage qu'elle.

Il remarqua dans ses yeux une vague d'interrogation, apparement ses propos eurent plus d'effet que ce qu'il avait souhaité. Il n'avait pas tellement réfléchit et avait juste parlé de ce qu'il avait ressentit, et il ne voulait surtout pas la gêner. Enfin peut être était-ce trop tard? Ou trop tôt pour en parler? Après tout il n'avait rien dit de mal ni de très explicite... sa nature secrète ne changerait pas de sitôt, il avait encore trop besoin de sa carapace de protection, bizarement il essayait de la faire tenir le plus possible avec Charlotte, comme si le jour où elle cèderait il pourrait en lâcher prise et perdre ses moyens... ce qui l'effrayait. Charlotte semblait réfléchir, et il avait l'intime conviction que c'était à propos de cette chose qui la tracassait un peu au fond d'elle. Comme si ses paroles avaient réveillées en elle quelque chose. Mais ici, tout le monde avait tellement de secrets ! Ce quartier était bien connu pour ses histoires de coeur, de famille... eh oui, c'est ça la vraie vie: tout est toujours bien trop compliqué, même lorsqu'on essait de simplifier les choses au maximum. C'est pourtant ce qu'il tentait de faire, après s'être retourné les méninges pour chercher cela... si quelque chose en lui n'allait pas... s'il y avait quelqu'un d'autre... si elle avait peur. Enfin, elle ne resterait pas avec lui si elle ne l'aimait pas! Il se disait qu'elle serait hypocrite autrement et ca ne lui ressemblerait pas.

Les deux jeunes continuaient tout en ironie, pendant qu'elle sortit de son sac... une sucette, tiens. Bien sûr, cela le fit rire, et il prit la sucette de Charlotte qu'il fourra dans sa poche avec un air satisfait. " Merci madame ! " lança-t-il comme un petit garçon.

C'était évidement qu'elle se rappelait de ce surnom puisqu'il résumait bien leur 1ère soirée tous les deux, et qu'aucun des deux ne pourrait sûrement l'oublier. Ils n'étaient pas sortis ensemble ce soir là, c'était leur tout 1er rendez vous, mais il restera le plus magique à ses yeux car il avait au fond de lui l'espoir, les divagations de l'esprit qui s'était mit à imaginer des tas de petits scénarios tous plus merveilleux les uns que les autres sur un futur. Les moments où l'ont croit que tout est possible et que la vie ne peut être plus belle et offrir plus de chance. D'ailleurs, il semblait avoir retranscrit tout ça dans ses quelques mots puisque Charlotte avait l'air un peu émue, toute souriante de douceur lorsqu'il lui prit la main. Il ne voulait surtout pas la mettre mal à l'aise, ou la forcer à faire una cte réciproque ou quoi que ce soit, mais de son côté il avait eût envie, besoin de dire cela. Après tout dans un couple, si on ne se montre pas son affection, si on ne dévoile pas un peu son coeur... quel intêret à aimer? Sa belle l'embrassa du boût des lèvres avant de lui répondre.... Oh ca, lui non plus il n'échangerait jamais sa plaçe. Ses mots avait allègé ses doutes, et pour ne pas qu'un malaise s'installe chez elle, il n'ajouta rien et se contenta de sourire, non sans se mordre légèrement la lèvre inférieure de plaisir.

Ces sujets semblaient clots, et Jérôme était vraiment heureux de pouvoir aborder tant de choses avec elle. Jouer, se confier, s'amuser l'un avec l'autre dans de petits gestes. Il se sentait... entier, comme si rien ne lui manquait pour l'instant.. Tous deux s'étaient mit à rire.

" Ah ouii, une autre, pffiou c'est vrai il y en a tellement ! " dit-il en riant, prenant un ton désinvolte parfaitement réussit. Oh ca n'était pas son genre de vouloir rendre les autres jaloux, la jalousie était ce qu'il detestait le plus sur cette planète! Que ca soit lui qui le soit ou les autres pour lui. C'est pour ca que ces mots étaient drôles dans sa bouche et qu'il s'était permis de les prononcer. Il avait, au contraire, bien peu confiance en lui! Maintenant il se demandait si Charlotte allait lui dire 'tant mieux pour toi' sur le même ton de rigolade ou si elle lui enfoncerait son point dans le bras du jeune homme avec un air de vengeance amusée.

Puis elle prit son bras qu'il proposait, et lança une petite remarque aussi drôle qu'adorable...

" Un seul? Je te ferai la liste quand on aura 5 minutes... " lui répondit-il faussement sérieux en fronçant les sourcils et faisant une moue résolue.

Il savait rire en se vantant mais aussi en se 'rabaissant'! Il y avait au moins ca de bien chez Jérôme, il ne se prenait pas au sérieux... Enfin il se tourna vers elle pour écouter sa réponse. Un Italien! C'était parfait, au moins elle était sûre de ne pas faire d'erreur puisque lui aussi adorait. De toute façon il aimait tout, absoument tout, et n'avait pas peur de goùuter ce qu'il ne connaisait pas. Et puis l'Italie, ah ce magnifique pays... Secrètement, il se promit d'y emmener Charlotte un jour. Il lui fit un grand sourire de contentement.

" Perfetto la mia bella! " lança-t-il avec un accent italien qui devait être à revoir. Mais là cétait de circonstance et il fit un sourire amusé au coin de ses lèvres.

Leur conversation continuant, ils étaient délà arrivés devant le 'Dolce Vita', le plus beau et sympathique restaurant italien du quartier. Charlotte avait décidement de très bons goûts! Ils s'arrêtèrent devant l'entrée et Jérôme jetta un rapide coup d'oeil au menu ce qui lui donna encore plus faim. Tandis qu'il lisait, Charlotte annonçai qu'elle le laissait faire à présent, et alors qu'elle le regardait semblait-il, il baissa les yeux vers elle et lui rendit le sourire qui s'était accroché à ses lèvres. Un sourire qui lui allait drôlement bien. Alors il prit sa main et poussa la porte en verre du restaurant, dans lequel une délicieuse odeur flottait. Le restaurant était tout d'or et de blanc, avec des tables recouverts de napes blanches, des chaises en bois ornées d'un liseré doré, et des toges blanche partout autour d'eux illuminant la pièce. C'était vraiment très beau, et on avait imméditament le sentiment d'avoir remonté le temps à l'époque du romantisme en Italie. Une jolie musique passait, des violons semblait-il. Jérôme arriva au comptoir où une jeune femme les observaient.

" Bonjour, nous aimerions une table pour deux s'il vous plait " demanda-t-il souriant. Elle demanda s'il désiraient un emplacement spécial, et Jérôme choisit non loin de la fenêtre puisqu'il faisait un beau soleil dehors. Il s'était tourné vers Charlotte d'un air 'sympa non?', puis arriva à la table. Là, il recula la chaise de Charlotte pour qu'elle s'installe. Gentleman jusqu'au boût! Il fit cela tout en lâchant un petit " Mademoiselle... " d'une voix suave, accompagné d'un rapide baiser sur la joue une fois assise.

Lui se mit en façe, et remerçia la serveuse pour les cartes. Il ouvrit la sienne et lut rapidement, ses yeux balayant tous les noms. Il en gonfa les joues.

" Rien de plus cruel qu'une carte de restaurant! Parce que je prendrais bien ça... et puis... accompagné de ça aussi... " dit-il en pointant la carte presque pour lui même. Il leva les yeux vers elle et souffla un petit rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Sablon
Siouper admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 448
Age : 35
Adresse : Allée des lilas 116
Emploi : En cours de négociation
Coté Coeur... : Petit à petit, l'oiseau fait son nid....
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Ven 18 Aoû - 22:46

Comment ne pas être un bien avec un garçon comme lui ? Comment ne pas se sentir belle ? Charlotte avait bien entendu eu différent copain mais Jérôme était le seul qui arrivait à lui faire penser à quelqu’un d’autre qu’à Enzo. Quand elle était avec Jérôme, elle n’était qu’avec lui. Elle ne pensait à personne d’autre que lui sauf peut-être quand elle se remettait en question, quand elle se posait des questions. Peut-être ne devrait-elle plus se prendre la tête et commencer à se laisser vivre, commencer à se laisser aller… Mais, elle n’était pas habituée à cela, elle se posait toujours beaucoup de questions et surtout depuis la mort de ses parents. C’est difficile quand on est ado, au moment même où l’on a besoin de la reconnaissance de ses parents, au moment même ou se rebeller un peu est nécessaire….au moment même ou on cherche à prendre son indépendance, sa liberté et couper le cordon mais dans le cas de charlotte, on ne lui a pas donné le choix, le cordon n’a pas été coupé lentement ,il a été sectionné violemment et depuis lors, elle a tendance à toujours tout remettre en question…

La plupart du temps, seul Jérôme, son humour et toutes les qualités arrivaient à l’aider à se rappeler qu’elle n’était pas encore une adulte et qu’elle n’était pas obligée de se poser des questions d’adulte. Mais, la encore, son but est de quitter la maison de sa tante le plus rapidement possible. Dès lors, elle attend avec impatience la fin de ses études…Si elle quittait la maison des Sablon, elle n’aurait d’autres que choix que d’abandonner Jérôme dans leur projet. Le « secret des artistes » fonctionnait plutôt bien et elle n’avait pas du tout envie d’abandonner son projet. D’autant plus que souvent, lorsqu’il n’y avait pas de client, et que Jérôme était occupé à ranger son étalage, il lui était loisible de travailler sur l’un des pianos du magasin….c’était parfait pour elle…Elle adorait ce magasin, ou elle se sentait souvent plus chez elle que chez les sablons.

Elle soupira en pensant à toutes ses choses….et Jérôme la tira de ses pensées qui s’entremêlait et qui n’avait au final plus aucun rapport avec la conversation de départ ni même avec le commencement même de ce qui lui fallut une telle introspection. Elle eut un petit sourire en l’entendant. Il voulait connaître la definition du mot gentil dans la bouche de Charlotte….elle ne put s’empêcher de lui relancer ce regard coquin, mêlant le défi et l’amusement :


« Il va falloir que tu la trouves tout seul, comme un vrai grand garçon » lâcha-t-elle dans un souffle et à voix basse, se rapprochant un peu plus de lui de façon à effleurer sa bouche de la sienne. Un petit sourire en coin au bout des lèvres, elle s’était volontairement resservie de la propre expression de Jérôme pour le taquiner un peu plus encore...Un petit sourire, un léger baiser et ils continuèrent leur chemin.

D’une grande douceur, si elle aimait la douceur, elle aimait aussi câliner. Jamais avare d’une caresser, d’un bisou ou d’un baiser, une chose était sûre, c’est qu’avec Jérôme, elle était servie et recevait autant qu’elle pouvait lui donner. On peut même dire qu’elle en recevait plus encore.

La conversation allait bon train, de souvenir en plaisanterie et une sucette offerte. Le sac de Charlotte, malgré les mois qui s’écoulaient était toujours une épicerie ambulante et il s’y cachait toujours mil trésors en sucre et chocolat. Elle n’était pas dupe, elle avait bien remarqué dans les yeux et dans le sourire explicite de Jérôme que ces quelques mots qu’elle lui avait offert lui avait fait plaisir. Elle espérait qu’il ne releverait pas et qu’il ne chercherait pas à en savoir plus et par chance, ses espoirs s’exaucèrent. La seule chose qu’il releva était la réflexion de Charlotte…..Une autre fille…..c’est cela oui…..en entendant le jeune homme parler comme ça, elle fronça les sourcils, un air faussement vexé et sans dire un mot de plus, elle lui mit un petit coup dans le bras……avec un regard noir, mais une bouche prête à dessiner un joli sourire. Elle avait bien du mal à se retenir de rire, mais son imagination aidant, elle l’imagina alors avec une autre fille et cette idée lui déplaisait lourdement…..Mais, elle fit silence….Charlotte était une jalouse…pas une envieuse….une jalouse…..elle était plutôt exclusive et elle détestait l’idée qu’il aurait pu en aimer une avant elle, et supportait encore moins l’idée qu’il puisse se désintéresser d’elle pour une autre.

Et même si une fois n’est pas coutume, elle n’ajouta rien car elle ne voulait non seulement pas admettre qu’elle était jalouse….qu’elle avait vraiment peur de le perdre et en prime, elle n’avait pas envie de lui donner cette satisfaction parce qu’il s’agissait d’une plaisanterie…le petit coup était bien suffisant.


Avait-il des défauts ? il apparaissait bien que non, et même si Charlotte savait que personne n’était parfait, même pas Jérôme, cela lui plaisait de croire qu’elle ne pouvait rencontrer mieux que ce jeune garçon plein d’humour, d’autodérision, élégant….dans sa bouche, il n’y aviat que des qualités pour décrire Jérôme…..

Inconsciemment, elle l’idéalisait déjà. Elle le voyait comme étant parfait….quand elle n’allait pas bien, c’était lui qu’elle avait envie de voir, mais, quand on est ancré dans certaines habitudes, c’est difficile de s’en défaire….Elle ne se rendait pas encore compte de cela, elle ne se rendait pas compte qu’elle tenait plus à lui qu’elle ne voulait le croire et qu’elle voulait bien l’admettre….C’est souvent quand on perd les gens qu’on se rend compte de leur valeur… Espérons pour elle qu’elle ne réaliserait pas trop tard…..

Ils étaient enfin devant le restaurant… Charlotte n’avait jamais mangé dans ce restaurant italien, mais il avait la réputation de bénéficier d’un bon rapport qualité prix…De plus, il avait l’air enchanté de manger italien, il l’avait bien fait comprendre en se risquant à dévoiler son accent italien…

Conformément à sa requête, il lui attrapa les mains avec le sourire aux lèvres, pénétrant dans ce restaurant dont la décoration était totalement digne de ce qu’on pouvait lire dans le magazine du quartier ou ce qu’on pouvait entendre des dames en sortant de leur réunion sur le patio…. ;une espèce de club de quartier….Elle n’avait jamais vu restaurant italien plus beau. Tout était immaculé, on se croirait presque dans un palais romain, ou dans un musée… ….il y avait des répliques de statues légendaires qu’on ne pouvait admirer qu’au Louvre comme la victoire de Samothrace ou la vénus de Milo….c’était vraiment superbe. Une musique de fond, des violons fit sourire, Charlotte, éternelle enfant malgré les circonstances, lorsqu’elle reconnut l’air de Mario, le restaurateur italien dans la belle et le Clochard. L’hôtelier avait apparemment un bon sens de l’humour lui aussi….

La table que jérôme choisit était très agréable….presqu’autant que toutes ses attentions qu’il réservait à Charlotte…..il reculait sa chaise, l’invitait à s’asseoir, un petit bisou sur la joue au passage…..Il était toujours comme ça, a chaque fois qu’il l’emmenait quelque part, même au mac do, mais à chaque fois, charlotte était sous le charme…a chaque fois, elle ne pouvait pas le quitter des yeux, et effacer le sourire radieux sur ses lèvres….


LA carte entre les mains, Jérôme avait l’air d’avoir bien du mal à se décider….et Charlotte aussi d’ailleurs…

« Tu as bien raison, c’est toujours compliqué…alors, j’ai une idée…je choisis pour toi et tu choisis pour moi….ce sera une surprise tu es d’accord ? ….. » un air d’autosatisfaction sur le visage elle continua

« De toute manière, je ne suis pas sûre que je te laisse le choix » continua-t-elle un sourire aux lèvres…. « D’ailleurs, je sais déjà ce que je vais te prendre…. » dit-elle avec un clin d’œil….

Et c’était vrai, elle avait déjà une idée de ce qu’elle commanderait pour le gentlemen. Elle laissa quelques minutes à son chevalier servant pour se décider et elle appela alors la serveuse…Jamais, elle ne prenait ce genre d’initiative au restaurant parce qu’elle n’aimait pas trop ça, mais la, elle était tellement surexcitée par son idée, somme toute banale, mais qui pouvait s’avérer être tellement drôle.

La serveuse s’approcha alors et Charlotte lui expliqua en quelques mots, lui montrant du doigt le plat choisi sur la carte :


« Voila, C’est une surprise pour le jeune homme, approchez, je vais vous montrer ce que je choisis pour lui….. »

La serveuse, plutôt jeune, avait l’air amusée par l’insouciance de Charlotte et l’expression sur son visage et dans sa voix…elle s’amusait comme une petite fille a qui on venait d’offrir une nouvelle poupée….

Jérôme imita Charlotte et la serveuse s’éclipsa, le sourire aux lèvres…


« Eh bien, elle a l’air de s’amuser autant que moi…. » constata Charlotte en observant la jeune dame partir avant de reporter son attention sur Jérôme….

« Merci pout cette charmante idée, c’est vraiment joli ceci dit, j’ai bien choisi….. »

Elle soupira et reprit un sujet de conversation tout autre….

« Alors, dis moi, tu as fait quoi de beau cette semaine ? moi j’ai fait une rencontre intéressante et j’ai un scoop à te raconter mais, d’abord, je voudrais savoir ce que tu as fait de beau cette semaine et ce que tu penses de notre petit bébé….. »

Elle faisait allusion à leur boutique évidemment. Ils avaient eu cette idée dans un délire, et cette idée germant, devint plus qu’une idée en l’air…. Ils se décidèrent d’ouvrir cette boutique ensemble et il la décorèrent ensemble, choisirent le nom ensemble, et ça les avait sans doute rapproché….

_________________


une choute pour une choupinette toute choubidou est une pimprenelle pour un papillon et une hirondelle pour un amazone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme Chabeau
Qu'on est bien chez soi...
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Age : 29
Adresse : Appart B3, Résidence des Tournesols
Emploi : Etudiant / Co-gérant de Secret d'Artiste
Coté Coeur... : ... Elle l'envahit, peu à peu, et...
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Lun 21 Aoû - 16:12

Le jeune homme essayait d'accorder son comportement avec la manière d'être de Charlotte. Loin de lui l'idée de changer pour mieux plaire, non ca empirerait les choses et de toute façon il en était incapable. Mais disons plutôt de s'adapter... parce que de toute façon il le fallait bien, il fallait voir les attentes de l'autre en essayant de ne pas le brusquer où de prendre les devants si c'était necessaire. Et Jérôme savait bien la complexité du caractère de Charlotte... mais qui lui plaisait de toute façon, il aimait se tordre les méninges et réfléchir, rêver, penser... Parfois il pouvait s'allonger dans son canapé, en écoutant de la musique, et il fermait les yeux pour penser, se remettre en question, voir sa vie d'un oeil extérieur... Et il voyait Charlotte qui n'avait pas toujours eu la vie facile. Alors même s'il essayait de ne pas la considèrer comme un vase en cristal - quoi qu'elle serait un sublime vase en cristal - il essayait d'adapter son rythme au sien, de ne pas lui poser des questions là où elle pourrait en parler d'elle même, en ne s'enervant pas lorsqu'elle préfère parler à son cousin plutôt qu'à lui ou autre. Il fallait qu'ils s'apprivoisent petit à petit et qu'ils se fassent confiance au fur et à mesure. C'était aparement comme ça que se construierait leur relation...

La jeune fille conclut le sujet en lui disant qu'il lui faudrait trouver part lui même, ponctuant ses paroles d'un petit baiser sucré. Tous ses baisers étaient doux et sucrés pour lui, et ca l'amusait de l'embrasser pendant qu'elle mangeait une sucette par exemple, parce que ses lèvres devenaient toutes rouges et brillantes, et qu'au contact des siennes il sentait un petit goût de fraise... Jérôme était du genre à se souvenir de tous les détails, il avait une excellente mémoire. Dîtes lui une seule fois quelque chose, il s'en souviendra des mois! Ca avait surpris et amusé Charlotte plus d'une fois... et c'est pourquoi il n'était pas exigeant, toutes les petites choses agréables de la vie il les gardait dans un coin de sa tête et dans un coin de son coeur. Et la catégorie Charlotte était de loin la plus remplie... Alors il lui lança un petit sourire signifiant 'ne t'en fais pas pour ça'. Il était perseverant et aimait faire des surprises. Et d'ailleurs, en plus du peut-être voyage en Italie pour les vacances, il eût une autre idée pour fêter leur 1 mois. Pour lui, toutes les occasions étaient propices aux soirées surprises! Mais il garda cela pour lui...

Par contre, elle releva bien la remarque taquine sur la fameuse autre fille imaginaire. Enfin les autres filles, selon Jérôme. Il ne s'est pas rendu compte qu'il alait attiser la jalousie de Charlotte, c'est vrai, il n'avait pas réalisé... elle était jalouse. Enfin bon tant que ca ne tombe pas dans l'excès il s'en formalisait! Lui non plus quand même, ne se plaisait pas à l'imaginer dans les bras d'un autre, pas du tout. Et il voulait éviter de tomber dans ce piège ou 'chacun a peur de perdre l'autre', parce que c'était un cercle vicieux particulièrement dangeureux. Alors la jeune fille accompagna son air vexé d'un... coup dans le bras! il avait vu juste et ca l'amusa beaucoup, il lâcha un petit rire. Parfois il aimait la chercher c'est vrai... et voyant qu'elle était silencieuse, il ne voulait pas qu'elle prenne ça au sérieux même si elle de son côté savait qu'il plaisantait. Alors il s'approcha de son oreille doucement, et avec sa main il dégagea une petite mèche de cheveux, si brillants et sauvages car elle es avaient laissé sècher à l'air libre, et la mit derrière son oreille.

" Mais... je leur ait dit que la plaçe était prise, toute la plaçe " murmura-t-il dans un souffle chaud.

Il déposa un baiser dans son cou, derrière un petit sourire. Jérôme aurait fait des gaffes rien que pour le plaisir de se rattraper derrière, il n'était pas du genre tête de mule qui ne revient jamais sur ses mots. Et puis là c'était un jeu, même si au fond de lui ca lui plaisait de la 'rassurer'. Comme pouvait-elle craindre une autre, pendant que lui ne voyait qu'elle... Il faisait de son miex pour la mettre en confiance sans en faire trop, ayant la prétention de se dire qu'en étant naturel elle verrait qu'elle n'a pas à la craindre et qu'il était là pour elle, il était là... le savait-elle ou refusait-elle de le voir?

L'étape du restaurant arrivait et Jérôme remarqua les yeux pétillants de sa belle qui semblait trouver le restaurant très charmant. Il ne pouvait en être autrement, tant on s'y sentait bien et à la fois tout petit parmis toutes ces répliques de Statues de Maîtres. Dont la Vénus de Milo, il ne savait pas pourquoi, cette Statue le faisait toujours rire. Mais pas autant que la musique de fond qui vira à celle du fameux dessin animé, et il avait l'image d'un plat de spaghettis pour deux, pendant qu'il avait les paroles en tête... on l'apelle, la bella noche... Enfin il fût tiré de ses pensées enfantines par le fait qu'il installa Charlotte, et une fois assit il croisa son regard et la voyait souriante. Ca lui faisait tellement plaisir de la voir sourire comme ça! Il aimait faire en sorte de rendre chaque moment avec elle magique, comme dans un conte de fée où les filles sont des princesses. Non il ne comprendrait jamais les mecs débils et macho qui considèraient les femmes comme des objets, les femmes étaient au contraire des cadeaux! Des cadeux compliqués et agaçants parfois, certes, il fallait le dire... mais que ne ferait-on pas pour les voir sourire comme Charlotte venait de le faire. En tout cas il essayait de conjuguer son côté doux avec son côté taquin, et Charlotte venait d'apporter une pointe d'originalité... il se mit à faire un sourire amusé avec une petite inclinaison de la tête.

" Charmante idée... " lâcha-t-il surpris et conquit. Elle avait le chic des idées auxuqelles il s'attendait le moins! Et d'ailleurs elle fit une précision parfaitement inutile vu qu'il avait bien compris comme elle fonctionnait lorsqu'elle proposait quelque chose ^^

" Ah oui ca j'avais compris, je me doute bien que je dois me plier aux caprices de madame... " ajouta-t-il sur le même ton de plaisanterie pour répondre à son clin d'oeil. " Non c'est une très bonne idée ma chérie, gare à toi si tu me commande un truc immengeable " lui dit-il pendant qu'il consultait la carte, sans la regarder, mais souriant toujours.

Pendant ce temps elle appela la serveuse, et elle fit par de son petit secret de commande. Ca valait le coup rien que pour voir l'expression de celle çi! Elle devait se demander à qui elle avait à faire et ça amusa fortement Jérôme. Eh oui, cette fille assise en façe de lui, celle qui était la plus belle de tout le restaurant et la plus surprenante, était venue avec lui... Il la regarda, il devait avoir l'air bête, mais son regard était plein de tendresse sans savoir pourquoi. Il fût tiré de cela par la serveuse qui s'était mise de son côté pour qu'il pointe à son tour son choix. Ce qu'il fit, souriant, avant de lui rendre la carte. Il suivit le regarda de Charlotte, puis vers elle à nouveau il acquiessa.

" Tu m'etonnes ! Je pense pas qu'on lui demande ce genre de choses tous les jours... " répondit-il en croisant ses mains sur la table. " Mais de rien mon coeur, ca me fait plaisir de t'inviter et en effet, on pouvait pas tomber mieux j'adore déjà ce restaurant " ajouta le jeune homme en regardant autour de lui, les tables, les gens qui parlaient et mangeaient.

Charlotte reprit la parole pour lui demander ce qu'il avait fait cette semaine. C'est vrai qu'il avait pas mal d boulot niveau cours et qu'ils s'étaient peu vus. C'est pour ca d'ailleurs que la voir aujourd'hui était comme une bouffée d'air qui emplissait son coeur. Enfin comme ça elle pourait lui raconter des tas de choses, c'est fou ce qu'il aimait l'entendre parler. Mais d'abord, il entreprit de lui répondre puisqu'elle lui posa la question, et surtout elle voulait sona vis sur Secret d'Artiste, leur boutique commune qu'il aimait tant.

" Disons que comme tu as du le voir, ou plutôt ne pas me voir cette semaine, j'ai eût pas mal de travail... on voit que les partiels approchent! Donc là j'ai bien bossé et dès demain je m'accorde un peu de pose où je vais saturer. En plus mon père est toujours difficile, surtout avec ma soeur ca commence à me taper sur les nerfs. Je sais pas pourquoi il la cherche comme ça tout le temps! C'était beau dimanche dernier... " expliqua-t-il en soupirant et en grimaçant un peu d'un air saracastique. Il allait souvent le dimanche chez ses parents pour dînner et l'ambiance était parfois au beau fixe, parfois très dure. Il en avait déjà un peu parlé à Charlotte.

" Par contre, je considère que notre magasin est notre plus belle réussite. C'est le seul endroit où j'aime aller travailler " commença-t-il avec un petit rire. " On s'y sent bien tu trouves pas? Ah et y'a une bonne femme qui a appelé disant qu'elle avait reçu une étagère que tu avais comandé pour mettre derrière le comptoir... j'ai dit que tu rapelerais parce que bon moi je suis pas trop au courant, c'est toi la reine de la déco... d'ailleurs j'adore ce que tu as fait " finit-il avec un doux sourire.

A ce moment un homme arriva avec le vin qu'ils avaient commandés, et servit un fond de verre pour goûter. Une fois que Jérôme eût acquiessé il remplit les ballons. Remerçié, il partit et Jérôme prit son verre afin que Charlotte l'imite. Il la regarda droit dans les yeux...

" D'ailleurs il mérite bien qu'on boive un verre pour fêter ça... Alors à notre bébé comme tu dis si bien, et à sa gérante qui me rend la vie et ce travail si agréable... " susurra-t-il avant d'entrechoquer leurs verres dans un 'tchin', et de boire une gorgée. Il fit un petit sourire en coin sans dire un mot quelques secondes.. C'est dans ces moments que l'on voit que l'on est pas avec n'importe qui: les silences parlent plus que les mots, ils ne gênent pas, il veulent tout dire...

Mais Jérôme reposa doucement son verre et reprit la discussion quand même pour éviter de vouloir se jetter sur la jeune femme en l'embrassant des heures.

" Et toi alors, dis moi tout... " dit-il simplement, au moins c'était vague et elle aurait le loisir de parler de la boutique comme du fameux scoop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Sablon
Siouper admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 448
Age : 35
Adresse : Allée des lilas 116
Emploi : En cours de négociation
Coté Coeur... : Petit à petit, l'oiseau fait son nid....
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Mer 23 Aoû - 15:44

Non content d’attiser sa jalousie, voici que le jeune Jérôme se moquait de son attitude, de ce petit coup dans le bras qu’elle lui avait adressé en réponse à sa remarque sur les autres filles. Et des jolies filles, à l’université, il y en avait plus d’une. Il riait de son attitude mais Charlotte ne l’entendait pas de cette oreille et conservait son regard vexé et entretenait un silence anormal. Comme pour s’assurer qu’il ne résidait aucun malentendu, Jérôme glissa sa main dans une des mèches de cheveux de Charlotte pour la replacer derrière son oreille et bien lui faire comprendre qu’elle n’avait pas de soucis à se faire.

Prononcée dans un souffle qui était venu caressait sa peau comme une brise légère accompagné de ce baiser, lui arracha un frisson et elle ne répondit rien. Comme il pouvait être tendre et doux, comme il était charmant. Charlotte, même si elle se sentait de mieux en mieux avec lui, sentait ses habitudes se bousculer et tout changeant dans son cœur et dans sa tête….Elle ne voulait pas admettre qu’elle s’attachait de plus en plus à ce jeune homme, mais plus les jours passaient et plus il multipliaient ses attentions envers elle, plus elle succombait.

Une fois arrivé au restaurant et fort bien installée, Charlotte eut une idée comme il lui arrivait souvent d’avoir. Un idée peu commune, non pas originale, des tas de couples avant elle avait sans doute du faire pareil, mais une idée étonnante. Un fois les plats secrets pour l’un et pour l’autre commandés, elle ne put qu’être amusée de la situation.

Elle avait rit lorsqu’elle l’avait entendu, juste avant de passer commande, parler d’un plat immangeable, et Charlotte eut une envie soudaine de le taquiner :


« Dis moi mon ange, tout à l’heure tu parlais de plat immangeable et j’ai un doute soudainement, tu aimes les trucs un peu moins commun comme la cervelle ou du poumon par exemple ? »

Elle savait qu’il existait une spécialité italienne à base de cervelle et de sang chaud de porc, elle ne se rappelait plus du nom, mais au moins le fait de s’en rappeler la fit penser qu’il pourrait bien la prendre au mot, et flipper à l’idée de voir arrivé son plat…

Elle guettait son attitude, un regard et avait cru discerné une pointe de dégôut dans la grimace du jeune homme :


« Oh, je plaisante va, j’ai pris quelque chose de simple, tu imagines si tu n’aimais pas, je me serais sentie obligée de changer de plat….alors, j’aimais autant prendre quelque chose qui m’avait l’air bon….… »

Elle lui adressa un petit clin d’œil…et la serveuse les laissa la pour vaquer à ses occupations et après les commentaires sur le sourire de la serveuse et les remerciements pour l’après midi, Charlotte avait invité Jérôme à parler de cette boutique qui était cher au cœur de la jeune orpheline de père et mère et lui demander comment cela allait…

Jérôme avait beaucoup de travail, ce qui expliquait pourquoi elle l’avait si peu vu. Elle ne lui en voulait pas vraiment et puis, au moins, le voir à présent était un plaisir…Elle se rendait compte qu’il lui avait alors manqué…Il parla du boulot et des relations que sa sœur entretenait avec son père…


" oh, on va pouvoir se voir un peu plus alors"….dit-elle le sourire aux lèvres et le regard intéressé….avant de changer totalement de sujet pour en revenir à sa petite sœur.

Elle savait pertinemment ce qu’elle devait ressentir. Anaïs avait été adopté, et Charlotte était une enfant d’accueil dans une famille qui est la sienne mais qui ne l’avait pas désirée non plus.
. »

« Oui, je comprends que ça t’agace mais je crois que tu ne sauras rien faire….Regarde Julie et Moi ? je ne sais pas ce que je lui ai fait pour qu’elle m’en fasse voir de toutes les couleurs comme ça…..je sais bien que ça agace Raf au plus au point mais qu’est ce que tu veux qu’il fasse…..à part m’écouter….bien que pour le moment je ne le vois pas non plus….. »

Elle fit une petite moue déconfite…Avant de poser sa main sur le bras de Jérôme assis en face d’elle et lui dire :

« Tant que tu es la pour écouter ta sœur, je suis sûre que les humeurs de ton père la blesseront moins……je sais de quoi je parle….et pour ce qui est du magasin, je suis plutôt fiere aussi….je m’y sens chez moi…..il n’y a que la d’ailleurs que je me sente chez moi…..et puis, pour la déco tu m’as beaucoup aidé…… »

Charlotte ne put réprimé un sursaut de joie non dissimulé lorsqu’elle entendit jérôme lui dire qu’elle allait recevoir son étagère..

« Sérieux ? oh, c’est génial, oh, ce soir, après ton travail, s’il nous reste du temps, on ira la mettre ensemble ? elle va dans la réserve…c’est pour y déposer les partitions les plus vieilles….il faut que j’en restaure quelques unes… »

Charlotte avait appris à restaurer les bouquins et les vieux recueils de partition en suivant un stage…lorsqu’elle se rendit compte que c’était cher pour des nouvelles, et qu’il valait mieux les acheter en deuxième mais pour les retaper un peu…..elle avait tellement de recueil de beethoven, bach, chopin, bayer, bela bartok….une vrai petit fortune….

A croire que le sommelier sentait qu’il parlait de quelque chose qui les tenait à cœur car il arrivait avec le vin. Charlotte n’en buvait que très peu car elle est supportait mal l’alcool, mais bon, cette fois….le « secret d’artiste » méritait bien qu’on trinque à sa santé…..

Et c’est ce qu’ils firent….Jérôme, profita pour complimenter charlotte et elle le lui rendit :


« A notre bébé, et à son gérant qui sait retirer le meilleure de moi…. »

Et le tintement des verres et leur tchin accompagnèrent leurs paroles…..

Elle lui sourit et le regardait d’un œil nouveau…..elle ne dit pas un mot…cela changeait mais elle n’avait rien à dire…elle lui sourit et fut soudainement prise d’une horrible envie de l’embrasser…..elle ne pouvait cependant pas se lever pour le verre… De sa main, elle attrapa celle du jeune homme en face de lui, en écartant ses doigts pour y glisser les siens…..

Vint le moment où il lui demandait comment elle allait…


« Oh, et bien moi, ca va bien ma foi, j’adore notre boutique…..c’est le seul endroit ou je me sens vraiment chez moi….oui, c’est mon seul chez moi d’ailleurs….. »

il y avait une pointe de nostalgie dans sa voix car elle aurait aimé que ses parents voient ce que les deux tourtereaux avaient fait d’une vieille boutiques toutes poussiéreuse…

« Oh, sinon, j’ai rencontré Adrien Biet, tu sais le fils de la famille d’accueil ou vit Antonin….et bien, il est plutôt gentil…je ne le connais pas plus que ça mais, c’est un chouette garçon….puis, j’ai rencontré un anglais qui habite ici depuis peu dans ton immeuble, tu connais ? williams il s’appelle, il est plutôt gentil aussi…et puis, il y a le fameux scoop, mais tu dois garder le secret et surtout ne rien dire à Vincent…..J’ai croisé Camille, ivre morte et elle m’a confié qu’elle et Antonin sortait ensemble….et lui il ne m’avait rien dit, alors c’était plus fort que moi, j’y ai ajouté mon grain de sel tu penses…..je suis allée au plancher le lendemain, tu sais ou antonin travaille…et Camille était la…..j’ai fais une petite allusion, mais apparemment mes propos ont été plutôt mal interprété….je sui un peu déçue mais bon….je comprends pas pourquoi il se cache, mais si ils veulent qu’il en soit ainsi, je te le dis parce que c’est toi mais, je garderai ça pour moi….. »

Elle jeta un coup d’œil dans la restaurant pour voir arrive la serveuse de tout à l’heure les assiettes a la main…Charlotte était pressée de voir la tête que ferait Jérôme :

« Ah, je crois que c’est pour nous… »

Mais quelle ne fut pas sa déception lorsqu’elle s’éloigna vers une autre table avec les palts…

« Ah ben non » ajouta-t-elle un peu déconfite……. « Mince, j’aurais aimer voir ta tête, quand tu verras ton plat….. »

Elle lui pinça la langue légèrement pour bien lui montrer qu’elle plaisantait….

_________________


une choute pour une choupinette toute choubidou est une pimprenelle pour un papillon et une hirondelle pour un amazone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme Chabeau
Qu'on est bien chez soi...
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Age : 29
Adresse : Appart B3, Résidence des Tournesols
Emploi : Etudiant / Co-gérant de Secret d'Artiste
Coté Coeur... : ... Elle l'envahit, peu à peu, et...
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Dim 27 Aoû - 23:59

S'il y avait une chose qu'il ne savait pas à propos che Charlotte, c'était ses anciennes relations. Tout restait un mystère quant à un amoureux perdu ou un amour difficile qu'elle ait pu vivre, alors il ne savait pas sur quel degrès de l'echelle se plaçait leur relation. Etait-ce un simple début, ou alors elle n'avait jamais été amoureuse...? Et surtout, Jérôme faisait-il le poid façe à ces autres garçons qui ont essyé d'atténuer la peine de Charlotte? Peut être n'avait-il pas suffisement conscience du chamboulement qu'il avait pu provoquer et qui rendait la vie de la jeune femme encore plus difficile... ca lui ferait mal d'apprendre qu'il lui compliquait la vie. Et là par exemple, il ne voulait pas la voir jalouse. Hors de question qu'elle se torture l'esprit pour rien, c'était... son truc à lui, ça. Quitte à perdre toute fierté il lui aurait crié qu'il n'y avait qu'elle, rien qu'elle et seulement elle. Et là, maintenant, à cette seconde précise, il se dit qu'il ne pourrait même pas y'en avoir une autre. Ce qu'il partageait avec elle était unique et ferait un gros trou dans sa vie si tout cela venait à disparaître. Alors il avait juste serré sa main, un peu plus fort, et son index avait dut murmurer à la paume de main de Charlotte qu'elle avait toute la plaçe dans son coeur.

Au restaurant, c'était un agréable repas qui s'annonçait. Parce qu'à deux c'était toujours des souvenirs qu'ils créaient tant aucun des moments qu'ils passaient ensemble n'étaient banals. En tout cas pour le jeune homme, c'était vraiment à chaque fois unique. Enfin, agréable repas ça oui, enfin surprenant repas puisque le tout petit détail dans l'histoire était que Jérôme n'avait aucune idée de ce qu'il allait manger. Douce ironie au restaurant! Et d'ailleurs cette petite coquine de Charlotte tentait de lui faire peur... Il plissa les yeux en souriant.

" J'adore j'adore, et d'ailleurs je t'ai commandé quelque chose de ce goût là je pense... ah, à moins que ça ne soit du poisson empoisonné, tu sais celui dont la préparation est très importante, et si on la rate eh ben... je te laisse imaginer " avait-il répondu d'un air lamentablement sérieux.

Très difficile de rester sérieux pour M.Chabeau! Tout sujet était lui même sujet à la plaisnterie, Jérôme aimait répondre du tac au tac, rire de tout... Enfin, il espèrait quand même savoir s'arrêter pour aborder un sujet où le sérieux était de rigueur, car non, on ne peut pas rire de tout sur tout... Il observa Charlotte et les mots lui revinrent en tête, bah oui peut être qu'elle ne plaisantait pas elle tient! C'était une spécialité italienne le cerveau je crois... Quelle horreur... Il en grimaça mi amusé mi dégouté. Elle repèra cette mine et certifia qu'elle plaisantait, alors il lâcha un petit rire.

" J'espère bien t'en fais pas que je te l'aurais fait avaler autrement " dit-il dans un élan de taquinerie lui aussi. Léger, léger, libre de tout, voilà comme il se sentait d'être avec elle. Pas de fausses contraites, pas de case dans laquelle il faut rentrer pour mieux plaire, pas de voile devant lui pour éviter de se montrer tel que l'on est. Naturel, voilà la principale chose vitale à son équilibre et que Charlotte lui offrait d'être sans s'en rendre compte sûrement.

Elle lui sourit en entendant dire qu'ils se verraient plus... Et voir que ça lui faisait plaisir le rendait heureux lui aussi. Rendant son sourire, il acquiessa, profitant de cette seconde où il se sentait important pour elle. C'étit dingue comme chaque attention de la jeune fille pour lui en valait 10 d'une autre personne! Ne pas finir accro Jérôme, pas totalement amoureux... oh et pourquoi non? Il était scié en deux voix qui discutaient dans sa tête, limite comme s'il n'existait pas. son coeur voulait se laisser porter pendant qu'elle l'écoutait et partgeait ses problèmes comme elle faisait si bien.

" C'est ça le problème, je me prends pas pour Superman mais je deteste me sentir si impuissant et inutile, c'est comme ça j'ai besoin de vouloir règler les problèmes ! "
lança-t-il d'un une voix un peu plus forte qui retomba dans un long soupir. Puis il leva les yeux vers elle pendant qu'elle parlait de Julie. Là il ne put réprimer une grimaçe... Ah non Julie il ne l'avait qu'entrevu et saluer plusieurs fois sans anicroches, mais il ne suportait pas d'entendre Charlotte pleurer disant tout le mal qu'elle lui faisait. Une vraie pression morale! Il ne pouvait pas la voir celle là, comment se permettait-elle de faire du mal à Charlotte...

" Oui je sais celle là je sais pas ce qu'il me retient de... " dit-il en serrant le poing. Okay jamais il ne ferait de mal à une fille, et puis Charlotte était une grande fille, mais désolé, des fois on a bien envie de... hein, pour se soulager. Et pas touche à Charlotte! Côté viril et protecteur qui ressortait, sans doute...

" Enfin tu penses quand même savoir pourquoi elle est comme ça non? Moi ca me paraît évident qu'il y a de la jalousie la dessous... c'est disons... compréhensible dans un sens mais en aucun cas inexcusable quant à la façon dont elle te parle. Et Raff n'y changera rien, il faut qu'elle s'en rende compte par elle même tu sais... " tenta-t-il de dire avec un doux regard, essayant de capter celui de sa belle qui s'abaissait et se fermait à mesure de cela.

Sentant qu'elle voulait elle même le rassurer, en mettant sa main sur son bas, il fit un petit sourire et posa sa main sur celle de Charlotte pour la caresser doucement. Il ne savait pas pourquoi il aimait tant ses mains, elles étaient fines et douces, et à chaque fois qu'elles étaient à proximité de lui il ne pouvait s'empêcher de les prendre, de les toucher. Elle parla de sa soeur, ah ca soeur il l'aimait tellement! Il serait toujours là pour elle, Charlotte avait raison. Et puis elle enchaîna sur la boutique. Son seul chez elle? Arf, oui ca ne devait pas être facile de ne pas se sentir tous les jours à sa plaçe... il fit un petit sourire en coin.

" Non non, dans mes bras aussi tu es chez toi par exemple... " ajouta le jeune homme en intensifiant son sourire. Il voulait la faire sourire elle aussi, et puis c'était vrai, dans les bras de Jérôme il ne laisserait rien arriver à sa belle. Son petit sursaut le fit rire doucement, elle était bien impulsvie elle aussi parfois...
" Oui si tu veux on ira, en espèrant que l'on ne se sera pas fait avalés par un manuel d'histoire géant. Eh ca ferait un bon scénario de film fanstastique complètement navet " ajouta Jérôme en acquiessant avec une moue qui devait être amusante. Il la regarda plein de malice quand le sommerlier pointa le boût de son nez.

Une fois fait ce qu'il devait, qu'il lanàa la première phrase pour trinquer d'un ton charmeur, qu'elle lui rendit une petite phrase toute aussi charmante qui rendit son coeur mou comme un chamalow... le meilleur d'elle... ca c'étiait un vrai compliment. Personne ne lui avait jamais dit qu'il faisait resortir le meilleur des gens, alors en plus si ca venait d'elle... Jérôme bût une grande gorgée de vin pour remettre ses idées en plaçe alors qu'ils avaient échangés un regard plutôt... brûlant. Et comme en guise de compensation, elle croisa ses doigts dans les siens pour qu'ils puissent être en contact l'un avec l'autre. Il avait faim certes, était plus qu'heureux d'être là, mais son esprit divaguait à tout à l'heure quand il pourrait enfin la resserrer contre lui. La jeune fille répondit a sa question avec un ton ou resortait une cuisante nostalgie qui pinça le coeur de Jérôme. Sans aller chercher loin, il vit très vite ce qu'elle pensait...

" Excuse moi de te dire ça mon ange mais tu sais... je pense sérieusement que tes parents seraient plus que fiers de voir la jeune femme que tu es maintenant. Et ils le sont crois moi, bien heureux de savoir que tu accomplit tes rêves un à un avec le piano, la boutique qui est à ton image si merveilleuse, et de voir que tout ce que tu touches se transforme en or pratiquement... tu peux me croire " finit-il en ammenant la main qu'il tenait dans le sienne à ses lèvres pour déposer un baiser dessus. Sa voix était douce et chaude, ce ton qu'il adoptait autmatiquement lorsqu'il voulait être sérieux et écouté.

Puis il reporta son attentio sur les paroles qui suivirent de la jeune fille. Une bien longue histoire! Il essaya de tout suivre, à propos de son ami Antonin dont il savait qu'il ne s'entendait pas bien avec son demi frère Adrien. Mais apparement Charlotte l'avait trouvé agréable... Il haussa alors les épaules, comme quoi les critères d'appréçiation varient selon les gens. un Williams fût évoqué - jamais entendu parlé - puis cette histoire entre la soeur de son meilleur ami et le fameux Antonin. Il ouvrit un peu plus grand les yeux l'air perplexe... pourquoi tous ses secrets?

" Bizare ce quiproquo du siècle... On dirait une scène de théâtre. Franchement tu connais mon avis que la sincèrité, je vois pas l'intêret de cacher ce genre de choses puisque de toute façon ca se saura, la preuve, et ca sera mal prit puisque ca a été caché. Vincent ne sait rien non plus? Mais porquoi? " demanda-t-il car il ne comprenait pas leurs motivations. Il ne releva pas le fait que c'était secret, Charlotte savait bien qu'il ne dirait rien, déjà 'comère' ca n'était pas sa vocation et puis sa chérie lui faisait confiance. N'empêche il se demandait si Vincent prendrait bien le fait qu'un ami à lui sorte avec sa soeur! Il s'imaginait mal sortir avec Camille.

Il suivit le regard de Charlotte, vers le serveur, elle devait avoir faim elle aussi. Des plats passèrent, il se releva un peu pour voir la surprise, mais ca n'était pas pour eux. Il lança un faux regard noir à sa belle.

" T'es trop impatiente pour me faire croire qu'il n'y a rien de louche... Tu tournes mal chérie, après la gréviste manifestante, la maligne cachotière... " lança-t-il avec instance pour plaisanter. Il se pencha un peu en avant sur la table vers elle. " Je t'ai dit que j'avais un faible pour les délinquantes? " murmura-t-il avec un sourire espiègle. Il avait un sacré faible pour elle tout court oui!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Sablon
Siouper admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 448
Age : 35
Adresse : Allée des lilas 116
Emploi : En cours de négociation
Coté Coeur... : Petit à petit, l'oiseau fait son nid....
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Lun 28 Aoû - 15:51

Comment ne pas avoir peur qu’un garçon comme Jérôme nous échappe ? Comment ne pas culpabiliser pour avoir tout fait pour préserver cette relation face à tout les dangers qui guettent chaque jour une histoire d’amour….comme la routine ou les autres…..

Parlons-en d’ailleurs de ses autres…Il était beau garçon et il jouait du basket depuis sa plus tendre enfance…la plupart des filles du patio sont fascinées par Vincent et son meilleur ami….la plupart des filles du patio d’ailleurs, aurait donné n’importe quoi pour être à la place de Charlotte comme n’importe laquelle d’entres elle, était prête à tout pour séduire Vincent…..

Les deux jeunes hommes, dans leur adolescence, était bien conscient de cela, et bien souvent elle avait entendu autour d’elle, des gens lui dire que jamais elle ne pourrait garder un garçon comme lui…que Charlotte était trop insipide pour ça…..Souvent, les quelques fois ou elle acceptait qu’il avait de la valeur à ses yeux, elle se demandait bien ce qu’il pouvait lui trouver ou quand il partirait main dans la main avec une autre……Jérôme, serra un peu plus fort la main de Charlotte, lui caressant la paume avec délicatesse, comme s’il avait compris ce qu’il se passait dans sa tête…

Au plus la relation avançait, et au moins Charlotte en avait après Enzo….et à croire que Jérôme sentait quand ces fois devenues plus rares où elle s’égarait dans des songes infidèles, il devait redoubler d’attention pour la ramener à lui…

Elle était contente d’être avec lui, et dire que ces instants passés ensemble étaient comme des instants volés….un pur hasard….. il ne devait sans doute pas dans son planning avoir prévu de passer du temps avec Charlotte aujourd’hui puisqu’il était plutôt à la recherche d’un livre pouvant l’aider à rédiger sa dissert….Et pourtant, il était avec elle……Qu’il est donc agréable et appréciable d’avoir cette impression qu’un sourire et un baiser puisse réussir à détourner de son but premier ce jeune homme au fort caractère. Oui, elle était contente d’être en sa compagnie et ne se cachait pas pour le lui montrer par des petites taquineries….Elle se plaisait à lui faire peur….et il se défendait plutôt pas mal….l’idée de manger le poisson empoisonné comme il en parlait tout à l’heure n’était pas accueillie par Charlotte avec sourire :

« OH, oui j’ai vu ça dans les simpsons, du tofu ou un truc dans le genre….. »

On pouvait lire sur son visage un peu d’incrédulité, cherchant dans les yeux de Jérôme une pointe d’humour, cette expression rieuse…..enfin, il se trahit d’ailleurs….

« Ah, tu plaisantes, je le vois dans tes yeux » lâcha-t-elle non contente d’avoir aperçu dans les yeux de Jérôme sans doute plus qu’il n’aurait aimé laisser paraître…… Elle avait aussi remarqué un air de dégoût……et elle le rassura bien vite qu’elle ne lui avait pas commandé de chose horrible comme de la cervelle, du cœur ou autre…et l’entendre lui dire qu’il le ferait avaler autrement la fit rire de plaisir :

« Me le faire avaler autrement ? non, Jérôme tu as trop de considération pour moi, tu ne pourrais pas de venger…D’ailleurs, changeons de sujet tu veux ? je te promets il n’y aura rien de dégoutant dans ton plat…..je l’ai choisi attention de façon à ce qu’il te plaise…. »

Elle regretta bien vite ses paroles, car elle ne voulait pas le mettre mal à l’aise, et peut-être que oui, ses propos causerait un mal être chez le jeune homme. Mal être de se sentir démasquer quelque part….mais, comment ne pas comprendre qu’il avait de la considération et du respect pour elle…..il était tellement plein de douceur et d’attention…quoique Charlotte fasse ou entreprenne, dans la bouche de Jérôme, goutait comme du pain béni…Charlotte, n’en jouerait jamais car cela lui faisait tellement de bien de se sentir soutenue et pour la première fois depuis la mort de ses parents, avoir l’impression d’être quelqu’un d’exceptionnel dans les yeux de quelqu’un d’autre….

La conversation vacilla alors sur sa sœur, et le fait qu’il se sentait impuissant….il disait qu’il ne supportait pas Julie, pourtant, elle ne lui avait jamais rien fait…C’était ce genre d’attention et de réflexion qui faisait dire à Charlotte qu’il avait de la considération pour elle….

« Oui, c’est sans doute de la jalousie, je me met un peu a sa place, ça ne doit pas être facile d’avoir un intrus chez soi…..par contre, pour ta sœur, je ne vois pas ce que ton père lui reproche……bon, c’est évident qu’elle a été adoptée, mais raison de plus, il la voulue alors, c’est pas comme si c’était une enfant arrivée comme ça, sans crier gare et qui vient chambouler toute une vie…..je comprends pas pourquoi il en a après elle, en plus Anaïs est toujours tout sourire, elle doit mal le vivre……si je peux faire quelque chose pour t’aider….je n’hésiterai pas tu le sais…. »

Alors que la conversation allait bon train et qu’il passait maintenant au sujet de la boutique, Jérôme comparait ses bras à un toit, un foyer chaleureux ou il fait bon vivre, un foyer ou l’on se sent chez soi…un foyer où l’on se sent en sécurité…. »

« c’est vrai que dans la limite du possible, il y a de quoi se sentir bien dans tes bras…… »

Elle savait qu’il avait dit cela pour détendre l’atmosphère et détendre Charlotte, pour ne pas qu’elle tombe dans une petit déprime, comme il lui arrivait souvent……Elle lui adressa alors un sourire sincère et plein de gratitude et pour ne pas non plus se laisser tomber dans cette mélancolie soudaine, elle sursauta soudainement, ravie à l’idée d’avoir reçu son étagère….il était d’accord de l’y accompagner ce soir, après avoir bossé….

« oh, non non, pas le manuel…..je suis sûre que ce serait un manuel recommandé par cette horrible bonne femme qui te fait bosser tard le soir….. »

Alors que le toast avec était porté à leur bébé dont il n’était pas peu fière, sa nostalgie qu’elle tentait pourtant de dissimuler ne devait être que trop présente car Jérôme l’avait remarqué et le discours qu’il tint, pour rassurer sans doute Charlotte était tellement touchant. Il avait vu juste, c’était bien à cela qu’elle faisait allusion et elle eut soudain l’impression qu’il la comprenait plus qu’elle ne voulait l’accepter….Contrairement à ce qu’elle imaginait, cela lui faisait du bien….elle n’avait pas eu besoin de réellement lui parler, il était assez intelligent et empathique pour comprendre la douleur de perdre ses parents trop tôt et trop jeune…

« Je te remercie et ne t’excuse pas….ca me touche énormément ce que tu viens de me dire….merci……. » elle sentait l’émotion qui l’envahissait et c’était ni le lieu ni l’endroit pour se laisser aller….Elle se reprit donc bien vite le dessus pour parler des scoops de la semaine…que commentait jérôme….

« Ben je suis plutôt d’accord, ils ne savent pas ce qui rate à se cacher comme ça…..et puis, Vincent sait quand même que Camille est une grande fille et qu’elle a le droit à une vie comme lui….enfin, tu crois qu’il le prendrait mal ? moi je crois plutôt que c’est en se cachant comme il le font qu’ils vont le mettre en colère…..tu sais comme s’il faisait vraiment quelque chose de mal au final, alors qu’ils ne font rien de plus ou de moins que nous….Parce qu’au final, il rate des choses…des expériences à vivre ensemble, c’est un peu comma ça que se créer la monotonie du couple aussi….ils sont obligés de toujours se voir aux mêmes endroits…..enfin, tu vois ce que je veux dire ??? Je crois qu’il gâche les plus beaux moments de leur histoire….. »

La serveuse était arrivée dans la salle avec des plats à ce moment la, mais à la grande déception de Charlotte ce n’était pas les leurs, et Jérôme plaisanta un peu quant à l’attitude de Charlotte mais elle avai tpourtant l’impression qu’il n’était pas très à l’aise….

« Tu as un faible pour les délinquantes ? allez, viens leve toi, on casse tout et on part sans manger….C’est assez délinquant tout ça ? »

Elle s’était avancée aussi vers lui et il n’était qu’à quelques centimetres l’un de l’autre….Centimètre que Charlotte aurait aimer parcourir jusqu’aux lèvres du basketteur, mais il y avait trop de monde dans le restaurant et il y avait des regards qu’elle préferaient ne pas attirer…..s’embrasser dans un restaurant n’était pas l’attitude la plus respectueuse qu’ils auraient pu avoir :

« Si je ne recule pas dans 30 secondes, je vais faire quelque chose que je ne peux pas faire maintenant… »

Et elle se radossa à sa chaise :

« Mais tu ne perds rien pour attendre….. »

Et les plats arrivèrent cette fois, et Charlotte ne les avait pas vu arriver….

Le plat qu’elle avait commandé pour Jérôme était somme tout banale….Elle lui avait simplement commandé le plat qu’il préférait (je te laisse le choisir…..) et être si pressée, faisait partie du jeu….Elle attisait sa curiosité….Et puis, elle était aussi curieuse de savoir ce que LUI, lui avait commandé….

« Alors ? pas trop déçu ? » lui lança-t-elle après que la serveuse, amusée car elle savait ce qu’il se passait entre les deux jeunes gens, dépose les plats sur la table…..

(je te laisse aussi choisir ce que tu m’as commandé….à)

Elle n’avait pas encore regardé son plat, trop pressée de connaître la réaction du charmant Jérôme.

_________________


une choute pour une choupinette toute choubidou est une pimprenelle pour un papillon et une hirondelle pour un amazone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jérôme Chabeau
Qu'on est bien chez soi...
avatar

Masculin Nombre de messages : 74
Age : 29
Adresse : Appart B3, Résidence des Tournesols
Emploi : Etudiant / Co-gérant de Secret d'Artiste
Coté Coeur... : ... Elle l'envahit, peu à peu, et...
Date d'inscription : 04/08/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Mer 30 Aoû - 13:24

L'amour était une chose bien compliquée, les relations à deux c'était toujours très difficile et on pourrait avoir tendance à baisser les bras. Sauf que parfois, on tombe sur une personne qui boulverse vos principes, et là Jérôme s'était dit qu'il ne pouvait pas baisser les bras. Parce que Charlotte parfois se montrait distante, songeuse à quelque chose d'autre, et il faut avouer que ca l'avait agaçé parfois de se sentir comme la 5ème rout du carosse alors qu'il ne connaissait même pas ce qui représentait les 3 autres roues. Une part de lui avait eu envie de lui parler et il avait retourné les mots dans sa tête. Quoi dire? ' Est-ce que tu m'aimes? ' Et puis quoi encore, autant lui demander directement si elle le trouvait crétin, en lui tendant en plus la perche pour qu'elle réponde oui... Non, il s'était dit qu'un peu de temps et d'attention envers elle pourrait combler ce trou.

C'est vrai qu'il n'avait pas toujours eu l'habitude de patienter, de laisser le temps au temps dans une relation qu'il entretenait. Il avait toujours été surpris de constater son 'succès' on peu dire aurprès des filles. Franchement, il se demandait si jouer au basket était tout ce qu'il leur fallait?! Alors ne cherchant pas plus loin il se laissait entraîner dans une relation ennuyeuse sans passion, ou alors avec trop de passion qui étouffait la conversation. Il n'avait pas d'effort à faire, ni lui ni Vincent, voilà la vie qu'il avait. Sauf qu'après il y a eu Charlotte. Et hop, la tendance s'inverse et le voilà à vouloir tout faire pour l'avoir elle. Il la voulait sûrement plus qu'elle ne le voulait, et si parfois ca l'agaçait, parfois ca le motivait encore plus de chercher à la surprendre. Une fois, il avait traité parce qu'on lui a demandé ce qu'il trouvait à Charlotte Sablon, la petite orpheline qui jouait du piano, si différente des autres filles avec qui il était sortit. Il avait ecarquillé les yeux en poussant un juron, s'écriant que justement, c'est parce qu'elle était différente de toutes ces autres filles! Bande d'ingorants. Charlotte ne lui mâchait pas le travail, il devait faire en sorte de la garder à lui, il le voulait de tout son coeur, et c'était un bonheur de chaque jour de la voir peu à peu baisser sa garde et de voir Jérôme comme un amour potentiel...

Sa référence aux Simpsons l'amusa beaucoup. Il aimait tellement chez elle ce petit côté femme enfant! Elle avait toujours le petit truc qui lui faisait dire qu'elle était vraiment unique en son genre... et ce genre de dessins animés en était bien la preuve. Mais au moins, elle ne s'en cachait pas! Et parfois, alors qu'ils étaient tranquillement dans le canapé, qu'elle était lovée dans ses bras et qu'ils s'embrassaient, d'un coup elle se levait en sécriant qu'elle allait râter le début de la série, bénissant Jérôme d'avoir le cable. Et le jeune homme riait, la reprenait dans ses bras et l'embrassait sur le front pendant qu'ils s'amusaient des fantisaisies de la famille Simpsons. Unique, merveilleuse sa chérie... et si innoncente parfois dirons nous. La voir se demander qi Jérôme plaisantait ou pas le fit rire, il adorait sa petite moue qui le sondait dans ses bêtises. Il se mordit la lèvre pour éviter de lui sauter dessus et de l'embrasser, et aussi pour se retenir de rire.

" Tes réfèrences culturelles m'épaterons toujours tu sais... et oui, bien sûr que je plaisante, je compte pas te laisser t'etouffer à cause de la possible maladresse d'un chef cuisiner! Quoique ca ferait un bon épisode des Simpsons ça... " répondit-il en finissant sa phrase les yeux en l'air. Il sourit malicieusement en la regardant. Impossible de retenir la plaisanterie... c'était parfois une bien pratique carapace quand on a envie de dire des choses plus sérieuses, plus... effrayantes peut être. Mais il pouvait sortir la carte du mystère s'il voulait parfois, il le faisait très souvent quand on était au début d'une relation, quand on est pas sûr...

Jérôme acquiessa d'un air taquin ses dernières paroles concernant la considération qu'il avait pour elle, et la nature mangeable dirons nous des plats.

" C'est ce que nous verrons mademoiselle Sablon " répondit-il l'air amusé et curieux de savoir ce qu'elle avait commandé.

Il bût une délicieuse gorgée de vin rouge, il adorait le vin, il tenait ça de son père qui en était grand amateur. Maintenant il devenait presque conaisseur tellement il avait tout goûté avec M.Chabeau... si bien qu'il goûta du vin vers ses 10 ans, et trouva ca fort horrible, mais ne dit rien devant son père pour passer pour un gros dur. Résultat, au bout d'un verre, il voyait des étoiles, et sa mère remonta bien les bretelles de son père de l'avoir laissé boire. Les mots 'inconscient' et 'complètement stupide' avaient résonés ce soir là... Et Jérôme repensait toujours à cette annectote lorsqu'il buvait à présent, sourire aux lèvres. Même si là, il buvait plutôt en écoutant Charlotte parler de sa soeur, ce qui le rendait bien grave et sérieux comparé à d'habitude.

" Oui je sais, mais malheureusement tu es dans la même situation que moi, on peut rien faire, c'est impossible de règler les problèmes des autres si ils y mettent pas de bonne volonté. Et puis tu sais, je sais pas si mon père la voulait puisqu'ils l'ont adopté! Autrement ils en aurait conçu un de leur sang tu crois pas? Enfin c'est compliqué je n'ai jamais vraiment compris, et c'est un sujet que je préfère ne pas aborder à la maison... " expliqua la jeune homme d'un ton las, déçu, perplexe.

Sa voix se perdait sur le boût tout comme son regard. Il y avait des choses qu'il ne saisissait pas et s'il y a bien une chose qui enerve Jérôme, c'est lorsqu'il ne comprend pas. Enfin il soupira doucement et tenta un sourire vers sa Charlotte qui avait enchaîné sur sa cousine maintenant. La famille était à l"honneur dans la conversation et Jérôme se félicitait intérieurement d'avoir put parler de cela avec elle, parce qu'il n'aimait pas trop parler de ses inquiètudes. surtout aurpès d'elle qui avait vécu bien pire. Mais il se mit - relativement bien sûr - à sa plaçe et se dit qu'il n'aimerait pas qu'on le mènage on qu'on ne veuille pas le perturber avec des choses moisn graves parce qu'il avait vécu une tragédie, alors il ne le faisait pas avec elle.

" Et pour ta cousine, je pense que ca s'arrengera une fois vous aurez crevé l'abcès... Il faut que vous vous engueuliez une fois pour toute afin que chacun dise ce qu'il a sur le coeur, ca retira les tensions et expliquera beaucoup de choses je pense. Enfin je suis pas expert en sociolgie, je dis ça comme ça... " finit-il concernant Julie.

Les paroles qu'il prononça ensuite firent aparaître une sourire sur le visage de Charlotte, et c'était une bien belle récompense que de faire sourire une jeune femme qui semblait mélancolique. Il n'ajouta rien concernant le réconfort qu'il apportait par ses bras et se contentait de la regarder de manière bienveillante. Le jeune homme avait vraiment hâte de la revoir ce soir, ils avaient maintenant un sacré programme entre le boulot, l'étagère qui tenait à coeur à sa chérie, et puis une fin de soirée plus romantique pourquoi pas. Et dire qu'il comptait être seul et s'ennyuait mortellement! Voilà maintenant qu'il faisait presque abstraction du pénible ne pensant au positif grâce à elle.

" Evidemment, on dirait que cette femme n'a pas de vie et que du coup elle se fait un devoir de pourrir la notre. Qu'elle commençe pas avec ses manuels parce que je compte les lui faire avaler " dit-il avec un petit rire et un regard qu'il voulait plein de conviction pour la faire rire.

Il aimait bien la faire rire, c'était dans sa nature de vouloir amuser les gens. Mais sans tomber dans le clow de service qui ne sait rien prendre au sérieux, il detestait ce genre de personne dont on ne savait jamais si'ils plaisantaient ou parlaient sérieusement, ca le destabilisait trop, et il ne savait plus quoi dire. Alors il essayait dans la limite du possible de rester expansif en humour tout en sachant retirer cette carapace quand c'était necessaire. Comme il vebnait de le faire avec Charlotte, concernant ses parents. Il avait perçu dans ses yeux un besoin d'entendre parler d'eux, Jérôme lisait beaucoup de choses chez les gens on lui avait souvent dit qu'il était dûr de cacher ses sentiments façe à lui... Alors il utlisait cela quand c'était necessaire sans sonder la personne. Elle était emue, mais il avait pensé chaque mot, comment ne pourraient-ils pas être fiers d'une fille comme elle... Encore une fois, il se retint bien d'envoyer valser la table pour l'embrasser comme jamais. Parfois il n'y avait pas de mots à dire en réponse à d'autre et il valait mieux agir. Mais là la sitation s'y prêtait mal c'est vrai. Alors il laissa son genoux voguer doucement et effleurer ceux de Charlotte sous la table pendant qu'il souriait doucement à ses paroles de remerçiement, ne sâchant que dire. Il posa ses mains sous son menton pour se donner une contenance et l'écouter parler de son anecdote.

" Ben Vincent le prendrait pas mal je pense, mais il prendra mal le fait qu'elle l'ait caché, surtout que j'ai le présentiment que s'ils se cachent c'est qu'il y quleque chose de pas net. Autrement pourquoi se cacher si les autres n'y trouvent aucun pretexte apparant? Bah, j'en sais rien, laissons les faire. Tu as raison j'espère pour eux qu'ils ne regretterons pas certaines choses que l'ont veut vire pleinement au début d'une relation " en conclut-il en la regardant avec un petit sourire pincé. Lui était bien content de pouvoir emmencer Charlotte au ciné ou au restau sans se poser de questions! Il detestait les complications quand on peut faire simple.

Ils en revinrent aux plats après la fausse alerte avec la serveuse. A vrai dire il n'était pas incommodé mais bien curieux après toutes les fausses frayeures et les spéculations qu'ils faisaient depuis bien une demi heure qu'ils avaient commandés. Il fit une plaisanterie sur l'attitude de Charlotte et elle entra dans le jeu bien sûr, ni l'un ni l'autre ne rattaient une occasion de s'amuser et de jouer un peu avec les mots et leur vie tout court. Inventer des choses était une chose qu'adorait Jérôme! Rêver la vie lui était agréable à vrai dire. Mais tout cela était bien réel pour l'instant, tous deux penchés un peu en avant tout près l'un de l'autre, pendant que charlotte plaisantait elle aussi sur le fait de tout casser. Il en lâcha un petit rire mais reprit vite son sérieux.

" Bien sûr, vas-y je t'en pries fais dont ca... promis je viendrais te voir derrière tes barreaux, je suis sûr que le orange prison t'ira très bien au teint... " répondit-il tout de suite après elle. Il se retint d'imaginer la scène quand même, trop suspendu à la couleur si rosée de ses lèvres si près, car en plus elle en jouait, s'approchant bien près, mais disant que l'embrassait maintenant serait une mauvaise idée... il restait tout près...

" Tu n'as pas honte de me narguer comme ça... " lâcha-t-il les yeux mi clos, fixant ses douces lèvres... Puis elle se recula et il resta là, alors il lâcha un petit rire quant à la situatione et la phrase qu'elle lâcha. Quelques secondes après elle, il se remit correctement lui aussi.

" Je te rapelerai ta dette, fais moi confiance... " répondit Jérôme en fronçant les sourcils, lui donnant un air malicieux. Et à cet instant, la serveuse fit son apparition. Déposant les plats, elle demanda à Jérôme de regarder ce qu'elle lui avait prit et de commenter. Il souleva la cloche et puis sentir la douce odeur des lasagnes bolognaises des grands restaurants. Il en ferma les yeux de plaisir, ca avait l'air aussi appétissant que possible.

" Bien sûr que non, mon plat préfèré en plus c'est parfait, j'adore... " répondit-il avec un petit sourire. Il posa la cloche et regarda Charlotte avec aviditié.

" A toi maintenant ! " lança-t-il en regardant son plat. Il lui avait commandé des Raviolis à la Ricotta, parce qu'une fois sa grand mère lui en avait fait en plus et elle avait goùuté quand elle était venue à son appartement et avait trouvé cela délicieux, si bien qu'elle lui avait terminé son plat ce qui l'avait fait beaucoup rire. En tout cas, il espèrait qu'elle serait satisfaite de son choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte Sablon
Siouper admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 448
Age : 35
Adresse : Allée des lilas 116
Emploi : En cours de négociation
Coté Coeur... : Petit à petit, l'oiseau fait son nid....
Date d'inscription : 10/07/2006

MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   Dim 3 Sep - 22:53

Charlotte était morte de rire Jérôme avait un humour bien particulier, un humour bien a lui qui plaisait à charlotte, il parlait de ses références culturelles…..oiu c’est vrai que la comparaison au simpsons était un peu limite, mais jamais Charlotte ne se vanterait d’être une femme….Non, jamais elle ne se vanterait de cela…elle aimait son insouciance et son côté femme enfant et elle ne voulait pas en changer :

« Oui, je trouve aussi que mes références sont agréables à écouter….D’ailleurs, elles fonctionnent bien, tout le monde les comprend….c’est ça les références……et tu me vois ravie de ne pas tenter de m’empoisonner mon ange, vraiment… je suis heureuse que tu renonces à ton parfait épisode des simpson pour me préserver…..tu es vraiment un amour » dit-elle sur un ton mêlant aussi bien l’ironie et l’amusement…..elle ne savait pas trop si elle le taquinait ou si elle faisait de l’auto-dérision, tout ce qu’elle savait c’est que cela l’amusait.

Néanmoins, il arrivait tout de même à lui faire peur, imaginez qu’il lui ait commandé quelque chose qu’elle ne supportait pas, qu’elle n’aimait pas du tout, ce serait plutôt ennuyeux parce qu’elle chercherait à lui faire plaisir et elle se forcerait mais imaginez un instant qu’il lui commande un plat avec des tomates et pleins de légumes….elle préferait les pâtes la petite charlotte alors tout de suite, elle serait bien ennuyée d’avoir à se forcer…..elle priait donc en silence pour qu’il la connaissait mieux qu’elle ne l’imaginait et que donc, il savait ce qu’elle aimait au niveau culinaire….

Jérôme était un grand amateur de vin, contrairement à Charlotte qui n’en buvait que lorsqu’elle était avec lui, d’ailleurs, ca l’épatait toujours lorsqu’elle l’entendait parler du goût bouchonné d’un vin, ou lorsqu’il arrivait à définir s’il était sucré ou non….Charlotte n’y connaissait rien, elle ne trouvait pas cela mauvais en soi, au contraire, mais elle ne buvait pas souvent donc, elle n’y connaissait pas grand-chose dans les goûts et dans ce qu’il fallait comme vin pour accompagner un plat. Elle se fiait donc à son gentleman de copain, qui l’accompagnait depuis 3 mois maintenant…..

La conversation tournait autour de sa sœur, des problèmes de famille….C’était étrange, c’était la première fois qu’il se confiait à elle…qu’il lui parlait de ses problème familiaux…En fait, c’était aussi très rare qu’elle lui parle aussi ouvertement de sa situation avec sa cousine…..elle commençait à se sentir très à l’aise avec lui et ce qui était agréable, c’est que tout se construisait petit à petit , sans aller trop vite et c’était appréciable…..Ceci dit, il avait relevé un point fort intéressant auquel elle n’avait pas pensé….pourquoi ne pas avoir fait un second enfant plutôt qu’en adopté un ? Pour charlotte, un enfant adopté était un enfant désiré….donc, oui pourquoi alors ne pas en faire un autre… :

« euh, c’est pas bete, j’avais pas pensé à cela et comme tu dis, je te vois mal arrivé pres de ta mère et de lui demander le pourquoi du comment….Ca se demande pas, c’est évident, tu risquerais de la mettre plus mal à l’aise qu’autre chose, ce n’est pas le but je pense……oh, c’est bien compliqué tout ça et le pire c’est qu’ Anais ne doit pas toujours se sentir bien chez elle….et je sais ce que ca fait comme impression, et puis maintenant que tu n’es plus la, ca doit être être encore plus compliqué, mais bon, au moins, elle sait qu’elle peut compter sur toi, c’est le principal…..Tu es la….. »

Elle le voyait déçu et impuissant et ça lui faisait de la peine de le voir comme ça, car elle savait ô combien anais était importante pour lui et comment il devait mal le vivre au fond de lui…Tout ce qu’elle espérait, c’était qu’il ne culpabilise pas de la laisser chez ses parents, pendant qu’il prenait son indépendance…..c’était normal après tout……les deux sentiments d’ailleurs l’étaient. …. Qu’il culpabilise ou qu’il prenne son indépendance….C’était tellement propre à l’Homme avec un grand H.

« L’essentiel, c’est que tu ne culpabilises pas, tu n’es pas responsable de ce qui arrive et tu ne l’abandonnes pas parce que tu ne vis plus avec elle, l’idéal, c'est que tu es la quand elle a besoin de te parler, c’est l’essentiel……. »

Et c’était à Jérôme de lui donner des conseils par rapport à sa cousine, et elle lui sourit avant de lui envoyer un baiser qu’elle avait au préalable posé sur sa main avant de le lui souffler…..

La soirée était toute tracée et pour le moins chargée, mais quel plaisir de la passer avec lui. Et voila qu’une fois de plus, Enzo n’était pas de mise dans la tête de Charlotte. Une fois de plus, il ne comptait pas, il comptait de moins en moins …..mais avait-il déjà compté ?

Néanmoins, elle se serait pour le moins mieux amusée s’il n’avait pas cette horrible professeur et son travail…non pas que ca lui dérangeait d’aider Jérôme, bien au contraire, cela lui faisait extrêmement plaisir, mais elle aurait préféré pouvoir se retrouver dans ses bras sans apprendre au préalable qu’elle était le nom du dernier peintre de l’époque qu’elle avait décidé de leur faire apprendre…..

« OH, c’est pas qu’elle pourrait ne pas avoir de vie….ELLE N’ A PAS DE VIE » dit la jeune fille en insistant bien sur les derniers mots de sa phrase…Elle éclata de rire, une fois de plus comme elle venait de le faire auparavant, quelques minutes auparavant lorsqu’il lui avait parlé de ses bras et du confort et du chez soi qu’il pouvait lui apporter…

Oui, Jérôme avait de l’humour et Charlotte aussi, les moments qu’ils passaient ensemble étaient toujours des moments où l’un comme l’autre il se plaisait à se faire rire……C’était tellement plus facile de dire les choses en riant, même les choses les plus difficiles à dire sont plus facile lorsqu’elles sont dites avec humour……

D’ailleurs, peut-être qu’antonin et Camille devrait tenter cette solution, la plaisanterie, si elle ne savait comment annoncer à son grand frère qu’elle était amoureuse, au moins, elle éviterait son ire lorsqu’il se renderait compte qu’il y avait un mensonge…….Jérôme avait l’air plutôt d’accord avec Charlotte, on ne cache des choses que si elles sont mal, alors, qu’il y a-t-il de mal dans le fait d’avoir une relation amoureuse avec un garçon….et puis, Antonin était quelqu’un de bien…et Camille avait un peu besoin de se sentir mieux tant elle trimait dur pour que la maison tienne la route, depuis que sa mère était partie….

« Je suis entièrement d’accord avec toi…..je pense qu’on ne cache que les choses honteuses, qu’on ne peut avouer, et être amoureux n’est pas honteux….a moi qu’il s’agisse d’un macho peut-être, mais ca ne ressemble pas à Antonin…..Antonin n’est pas macho, il est tendre et je pense que s’il l’aime sincèrement il n’y a pas de raison en soi pour qu’il mente….je ne comprends pas mais bon…… »

Elle haussa les épaules, elle savait de quoi elle parlait lorsqu’elle pensait qu’on ne racontait pas les secrets lorsqu’ils sont mals….elle ne parlait pas d’Enzo, elle cachait bien à Jérôme ce qu’elle ressentait et quand elle y pensait, la culpabilité la chatouillait, la rattrapait. Il fallait qu’un jour elle lui en parle mais avant elle préférait savoir ce qu’elle ressentait pour l’un comme pour l’autre…..

Pour parler d’autres choses, Charlotte n’était pas du tout du genre…..hors la loi, ou autre, elle était plutôt du genre à suivre les règles qu’on lui imposait, mais Jérôme avait dit aimer les délinquantes alors autant jouer le jeu….l’orange prison….. :

« Je suis sûre que ca m’ira au teint ;….Et puis, tant que tu viens me voir, que je puisse te maudire en face de ne pas avoir payer ma caution…. »

Elle afficha un petit sourire malin car elle le narguait, elle savait, se doutait, que tout comme elle il mourrait d’envie de l’embrasser, et elle en jouait…..néanmoins, une chose était sûre, dès qu’il serait dehors, elle ne se generait pas pour l’embrasser enfin…..Est ce qu’elle est honteuse de le narguer ? non pas du tout, il faut bien se laisser désirer non ? ou alors, c’ést pas amusant, qu’elle est le plaisir de s’offrir sans se laisser désirer par moment….bon bien sûr, il ne fallait pas abuser mais un minimum était de rigueur tout de même. Il n’hésiterait pas à lui rappeler sa dette, mais elle y comptait bien… Elle lui murmura, articulant bien pour qu’aucune de ses paroles ne lui échappent :

« Ne t’inquietes pas, je compte bien m’en acquitter sans même que tu ais à porter plainte au bureau des réclamations… C’est même plus une certitude qu’une promesse……»

C’est le moment qu’avait choisi la serveuse pour leur apporter les plats, les jeunes gens la remercièrent et c’est lorsqu’elle les abandonnait que le jeune homme, sous les recommandations de la jeune impatiente, dévoila son plat soulevant la cloche qui le recouvrait. A en voir son visage, elle avait bien choisi et qu’elle l’avait bien écouté lorsqu’il parlait cuisine….Elle avait choisi le plat qu’elle pensait être son plat préféré et elle ne s’était pas trompée… :

« Oh, je suis contente de ne pas m’être trompée ;…j’avais gardé cette information dans un coin de ma tête et je ne regrette pas…… »

Elle lui sourit amusée et satisfait et c’était a elle d’ouvrir :

« Alors, voyons, m’aurais tu finalement commandé de la cervelle… »

Elle le regardait les yeux pleins de malice et de curiosité et elle se décida à ouvrir la cloche. Des raviolis à la ricotta apparemment…..on pouvait dire que lui aussi il était à l’affut de chaque mot qu’elle pouvait dire dans le but de lui faire plaisir….

« Tu ne pouvais pas mieux choisir…….j’adore…….ca me fait penser à la fois ou j’ai mangé toute ton assiette à ton appartement…..je l’ai pas fait expres d’ailleurs, mais c’était tellement bon….chouette, je vais pouvoir en manger sans culpabiliser cette fois…. »

Elle lui sourit gentiment et pris sa main pour y déposer un baiser :

« Bon, ben on va pouvoir manger, maintenant qu’on sait ce qu’il y a dans nos assiettes ……Bonne appétit mon ange…. »

Elle piqua sa fourchette dans un des raviolis et avant même d’y gouter, elle tendit sa fourchette aux jeunes hommes :

« Tiens mon cœur, a toi l’honneur, c’est ton plat après tout……. »

_________________


une choute pour une choupinette toute choubidou est une pimprenelle pour un papillon et une hirondelle pour un amazone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un petit italien avec Jérôme   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un petit italien avec Jérôme
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PETIT SOUCIS AVEC LE FDT STUDIO FIX FLUID (sujet clos)
» Quoi faire avec du grillage à poule ???
» Traduction de phrases en italien avec "on".
» Vos décorations de Noël
» Le potager, base de la SV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Si Le Patio m'était conté... :: Centre Ville :: Restaurants-
Sauter vers: